320 connectés : 4 membres : jujuquebec |  O.Morhaut |  TUTUF62 |  Wombat |  et 316 invités
OLIVIER PERRIN IN MEMORY OF OLAF
LPZ 13   
Moderateur | 5,959 messages | 1,255 images
le 10-08-2014, à 15:22

Salut thomas -le nimois !
merçi a toi d'ouvrir de tels posts , tu es le seul a avoir ce genre d'idées géniales ,même si souvent elles ne sont guéres suivies ou approuvées  neutral ......
continue a alimenter le truc , de mon coté je vais faire un post (dés que j'ai une connexion ) sur les casques KRW  avant la dispârition totazle de ma collection ;
@+ mon ami  smiley_25 

Piquereau Bruno   
61 ans | 766 messages | 629 images
le 12-08-2014, à 02:24

 smiley_15 j'ai eu le plaisir et l' honneur de sympathiser  avec Olaf sur une soirée  extra  en  comité très restreint  ( Chastanet , Kervella  Olaf et Moi même ) je dois pouvoir en parler depuis le temps il y à  prescription  : smiley_26  Soirée  discothèque au Sloopys  tellement  ils en àvaient ramassé  une sévère  les  KTM  boys qu''il avait fallu  les ramener à l'hôtell où  dormaient leurs pères respectifs  et de souvenir le lendemain matin  ils n'ont pas été en mesure de monter sur les  motos  pour faire des photos  c ' était pour un essai KTM dans  l'ile dOleron ...Je l'ai revu qq mois après à Chauche  en inter  il était avec Daniel  Pean  (beau frère il me semble ?),  comme il était sans mecano  je me suis  retrouve à changer son filtre et lui faire  son essence .  Ensuite je l'ai revu à Gimont  au grand prix 250 à la fin des essais chronos en pleine discussion avec M Rittaud , dès qu''il m'a vu dans le public derrière les banderoles   de son camion  sans aucune hésitation il est venu vers moi me dire bjr  avec la banane  smiley_26 vraiment un  mec trop cool .  Tu parlais d'anecdote ? J'ai souvenir de l'avoir  vu boire bcp de lait entre les manches  à Chauche ... smiley09  il me disait que cela l'aidait bcp  je sais pas si il a fait cela longtemps !  J'ai appris son décès par Vincent  mais  les obsèques étaient déjà faites,  je l'aurais su  j'y serais allé  malgré les kms car  Olivier méritait vraiment un hommage à la hauteur de sa gentillesse et de sa bonne humeur.  MERCI À TOI DE LUI RENDRE CET HOMMAGE  SUR NOTRE SITE FAVORI OLAF LE VAUT BIEN. Sa mort  "serait " survenue en poussant une mob  pour l'aider à démarrer il me semble,non?

Mistral   
159 messages | 42 images
le 12-08-2014, à 08:38

EXTRAIT DE

www.mx2k.com/actualite-moto...

In memory of Olaf

Olivier Perrin est resté et restera à jamais dans la mémoire de ceux qui l’ont côtoyé de près ou de loin. Décédé tragiquement en 1997, celui que tout le monde appelait « Olaf » a laissé par sa disparition, un grand vide dans le petit monde du motocross. Cet engouement perpétuel autour d’Olaf a donné l’envie de tout connaître de ce pilote. Je me suis donc rendu chez Perrin Motos à Evreux où Christophe « Mao » Perrin a me retracer la carrière et les nombreuses anecdotes de son grand frère.

Comme ce fut le cas pour de nombreux pilotes, les quatre frères Perrin (dans l’ordre Eric, Olivier, Christophe et  Xavier) se sont plongés dans l’univers du motocross grâce à leur paternel. Vétérinaire de métier, il s’offrira une moto par commodité pour se rendre au travail. Rapidement, il va commencer à toucher à la mécanique et à se découvrir une nouvelle passion. En 1956, il décide de changer de métier pour ouvrir sa propre concession de moto à quelques kilomètres d’Evreux. Spécialisé dans la réparation des motos anglaises, la réputation de Perrin Motos fera vite le tour de la France, à tel point que l’acteur américain Steve Mac Queen, de passage en France pour le tournage du film « Le Mans », fera un détour dans la concession normande pour y faire réparer sa Triumph. Membre fondateur du moto-club de Thomer la Sôgne (qui accueille aujourd’hui une épreuve du championnat de France Elite), il transmettra tout naturellement le virus de la moto à ses quatre garçons.

Eric le frère aîné d’Olaf, sera le premier à se lancer en compétition en 1972 et se classera second derrière Denis Vimond, lors du tout premier championnat de France Junior en 1975. Olivier Perrin et son cadet d’un an Christophe, débuteront ensemble la moto en roulant tout d’abord lors de courses « pirates » de 50cc. C’est d’ailleurs lors de sa première course, qu’il disputait à Mayenne, qu’il fera son rencontre avec Yannig Kervella alors pilote officiel Fantic.

Une carrière fournie
Au guidon d’une Kawasaki, Olivier participera à sa première course officielle de motocross en 1981, chez lui, sur le terrain de Thomer la Sôgne (photo de droite). Une première course où il brillera plus par ses chutes que par son résultat final. Dès sa première saison complète l’année suivante, il s’attaque directement au championnat de France Junior et décroche la troisième place finale sur sa Ktm.
En 1983, et pour sa seconde saison de moto, il s’engage en championnat 250cc Inters (l’équivalent du championnat de France Elite d’aujourd’hui) aux côtés de Jacky Vimond, Patrick Fura ou encore Yannig Kervella. L’année 83 sera aussi l’année de son premier grand prix en France à Château du Loir, où il se qualifiera brillamment.
L’année suivante sera en revanche une année noire où il se blessera au tibia en début de saison et restera hors-course durant six longs mois. Cette même année, son père sera victime d’un grave accident de la route, qui le laissera dans l’incapacité de suivre son fils pour le reste de sa carrière.
En 1985, Olivier laissera la Ktm avec laquelle il avait connu de nombreux problèmes, pour passer sur Kawasaki. Il s’alignera sur la quasi-totalité des GP et marquera ses premiers points en Espagne (à l’époque seuls les dix premiers marquaient des points) où il s’était rendu seul au volant de son fourgon... En effet, en l’absence de son père, Olaf a dû se débrouiller seul sur les courses ou trouver quelqu’un à emmener avec lui pour bricoler sa moto. « Comme il avait un bon paquet de copains, il trouvait toujours quatre cinq mecs pour l’accompagner sur les courses. Bien souvent c’était folklorique car ses copains prenaient plutôt cette aventure pour des vacances et ne savaient même pas changer une roue. » Mao continue « j’ai le souvenir d’un GP en Italie, où le mécanicien de Dolcé, pilote officiel MAICO, se dépêchait de faire la moto de son pilote pour ensuite venir faire celle d’Olaf, car il savait qu’Oliv’ était venu seul sur l’épreuve. C’est une chose inconcevable aujourd’hui ! ».
En 1986 et 87, il reviendra sur Ktm et devient pilote officiel de la marque autrichienne. Il se classera troisième des championnats de France de motocross et supercross tout en continuant à « scorer » de bons résultats en GP 250.
L’année 88 sera sa seule année Suzuki durant laquelle il connaîtra de nombreuses casses mécaniques. L’année suivante il passera sur Yamaha et se fracturera le bras lors de la première soirée du Sx de Bercy.




Un peu lassé du 250cc, il va redescendre en catégorie 125cc en 1990 sur Kawasaki avant de changer radicalement l’année suivante en passant de la 125 à la 500 KX. Il remportera le titre officieux (un classement à part était établi pour les pilotes du 500cc qui roulaient avec les 250cc) de champion de France 500 en 1991 et 1992, et rentrera fréquemment dans le top 10 en GP 500.
En 1993, il rejoint le team Picpus Honda aux côtés de Jean-Claude Moussé mais va être victime d’une grave blessure lors du supercross de Dortmund en Allemagne. Touché au pied, au genou, aux poumons et rapatrié en hélicoptère vers la France, Olaf va passer une première fois tout prêt de la mort. Cette chute marquera la fin de sa carrière moto. Il restera cependant dans le team Picpus jusqu’en 1994 où il exercera la fonction de conseillé auprès de Jean-Claude Moussé et Cyril Porte qui l’avait remplacé après sa chute de Dortmund.
En 1995, Olivier se lance de le « Mx business » en s’associant à Kervella. Les deux hommes montent une société d’importation des marques MSR et Answer. Trois ans après son terrible accident qui lui a valu sa fin de carrière, Olivier va de nouveau passer prêt de la mort lorsqu’il se fait écraser par un chauffard alors qu’il se rendait à moto sur le circuit de Thomer. Après une ablation de la rate et six mois de convalescence, Olivier peut reprendre normalement son activité professionnelle mais décidera, en accord avec Kerv’ d’arrêter leur activité fin 96.
Olaf disparaîtra tragiquement en juillet 1997 alors qu’il participait à une course de mob-cross en Bretagne. La mort dramatique d’Olivier touchera l’ensemble de la communauté MX et laissera à jamais en grand vide.

Olaf, un pilote hors normes
Si Olaf est resté dans la mémoire de ceux qui l’ont côtoyé de près ou de loin, c’est bien entendu de par ses résultats mais aussi et surtout de part l’homme qu’il était. Un homme qui ne s’est jamais pris au sérieux et qui a su rester simple et ouvert durant toute sa carrière. Olivier n’a jamais pris la compétition moto de la même manière qu’un autre pilote. Bien entendu, l’aspect sportif restait une priorité pour lui, mais il a toujours su combiner son activité professionnelle de haut niveau et rester proche de ceux qui l’ont fréquenté comme me le confirme Mao : « Oliv’ était capable, à dix minutes d’un départ, d’aller discuter avec un des nombreux gars à qui il avait donné un stage de pilotage avec lui durant l’hiver, et de lui rappeler l’anecdote du jour où il l’avait écrasé au baby-foot ou celle où il l’avait battu lors d’une course de roue arrière. Il a toujours été comme çà, et à l’époque son entourage proche et moi-même avions beaucoup de mal à comprendre son attitude. Mais je me rends compte aujourd’hui que c’est lui qui avait raison et que c’est grâce à cette attitude que maintenant beaucoup de personnes se souviennent de lui, parlent d’Olaf avec autant de nostalgie. Il avait vraiment une autre façon de voir les choses.»




Homme simple et ouvert, Olaf avait aussi un grand cœur et il a été à l’origine de la venue de nombreux pilotes avec lesquels il s’est lié d’amitié durant ses nombreux voyages aux quatre coins du globe. C’est en effet grâce à Olaf, qui les accueillait chez lui en Normandie, qui s’occupait de leur trouver une moto et qui les inscrivait aux courses internationales, que les frères King (Darryl et Shayne), Darryl Atkins mais aussi le pilote tahitien Karl Vernaudon ont pu venir rouler en Europe. De nombreux pilotes plus ou moins connus ont ainsi profité de l’hospitalité d’Olivier, comme par exemple le pilote australien Troy Mc Casey qu’Olaf tentait de « vendre » avec humour aux organisateurs de motocross inters en France : « Lui, il va pas vite, par contre il a un nom qui pète : Troy Mc Casey. Tu mets son nom sur un programme ça fait classe ! Allez, ça vaut bien 2500 francs de prime de départ ! ».

Bercy, la révélation du supercross
Bercy marquera à jamais Olivier qui effectuera ses premiers tours de roue en supercross dans l’enceinte parisienne et aura la révélation du supercross. Invité en 1984, grâce à un coup de pouce de Pat Boulland alors co-organisateur avec Xavier Audouard, il se présentera au POPB sans n’avoir jamais roulé une seule fois en SX ! Pour marquer le coup, il arrivera avec un casque et une tenue spéciale colorée de rose et noir qui fera rire ceux-là même qui l’année suivante arriveront également avec une tenue rose. Un visionnaire ! Sans aucune expérience de cette discipline exigeante, son premier supercross se soldera par de nombreuses chutes. Mais Olaf se relèvera à chaque fois et finira la course, ce qui lui vaudra la sympathie du public parisien.
Olaf se faisait aussi remarquer par ses « prouesses » involontaires : il est probablement le seul à être tombé lors du tour de présentation des pilotes ou victime d’une panne d’essence en course comme nous le raconte Mao : « C’était en 1991, il n’avait pas de réel mécanicien et il y’avait douze mecs autour de la moto en train de déconner. Personne n’a remis de l’essence dans la moto et Olivier est reparti comme ça. »
On ne peut pas évoquer le supercross de Bercy sans parler de l’histoire du « Crazy fucker ». Fin 1987, Olaf qui vient de passer sur Suzuki et fort de deux saisons de championnat de France de supercross dans les jambes, agacera les pilotes américains, qui dominaient outrageusement la discipline, en tenant tête aux meilleurs pilotes US lors d’une demi-finale. Alors second derrière Micky Dymond et devant Ricky Johnson et Jeff Ward, Olaf sera le premier et le seul à tenter un énorme triple en prenant la trajectoire intérieur dans le virage précédent l’obstacle. Ricky Johnson, qui n’avait jamais réussi à passer ce saut jusqu’alors, sera surpris par l’action d’Olivier et manquera de tomber. Pour garder le contact, RJ s’obligera à sauter lui aussi ce triple saut mais en prenant la trace extérieure. La bataille entre les deux hommes durera trois tours jusqu’à l’instant où Olaf plonge à l’inter’ mais partira de travers sur ce fameux triple et entrera en contact avec Johnson. Olivier s’éjecte de la moto en plein saut tandis que Ricky ne peut éviter la chute à la réception. Excédé par ce français qui lui a tenu tête, RJ lancera le désormais légendaire « Crazy fucker » en désignant Olaf.

Perrin / Boulland, la paire indissociable
On ne peut parler d’Olivier Perrin sans évoquer le journaliste et grand ami d’Olaf, Pat Boulland. Disparu lui aussi tragiquement en 1995, Pat Boulland a fait la connaissance d’Olivier en 1979 grâce à Daniel Péan, beau-frère d’Olaf et meilleur pilote français de l’époque. Connu pour sa grande passion du Mx et son franc-parlé, Boulland a toujours fait son maximum pour aider Olaf et les deux hommes ont ainsi cultivé une grande complicité durant de nombreuses années. Sa rencontre avec Pat a sans aucun doute conditionné la suite de sa carrière tant les deux hommes étaient complémentaires. Anxieux de nature, Olaf pouvait compter sur cet ami avec lequel il a toujours entretenu une relation saine et sincère. La disparition de Pat Boulland à été un énorme coup de massue pour Olaf qui n’avait jusqu’alors jamais parlé ni même pensé à la mort.

Olivier Perrin et Pat Boulland sont de nouveau réunis et nul doute que de tout là haut ils observent avec attention l’évolution de notre sport.

HRCMAN   
52 ans | 2,833 messages | 654 images
le 12-08-2014, à 09:31

Merci Mistral je ne savais pas qu'il y a qqs années ce reportage était aussi dans MX2K autant pour moi.

Le principal c'est que l'on parle de OLAF un hommage est toujours bon à être relayé  smiley_25  et qui plus est, sur divers plateformes parlant de notre passion à tous: la moto TT.

Mistral   
159 messages | 42 images
le 12-08-2014, à 10:32

 smiley_25 

j' ai trouvé que ce reportage était un bel hommage a Olaf et qu il est bien dans le ton de ton post .

Baldy   
60 ans | 651 messages | 475 images
le 12-08-2014, à 12:01

.


Moto(s) : 500 cr hrc replica malherbe 1986
HRCMAN   
52 ans | 2,833 messages | 654 images
le 12-08-2014, à 15:38

Hello Mister Wind  smiley_25 

Olivier Perrin m'a toujours impressionné car il avait énormément de charisme et pour un frenchy un look Ricain à la fois dans son coté vestimentaire (Fox), physiquement et surtout dans sa façon de piloter; ce n'est pas pour rien que son surnom était le French Magoo  smiley_25 

Just 4 Fun, circuit de Beaucaire en 198..... ? 1987 ? je crois ? un coude à coude avec un petit jeune "Le Kid de Manosque" JMB sur Honda, Olaf sur la KTM (la cuvette vous dira qq chose).
3 ème manche: résultat JMB fait 8 et juste derrière notre O'Perrin se place en 9 devant Pat Fura, avec en tête un dénommer Thorpe et dans la meute des pointures comme JJB, Kervella, Geboers et le ketchup Heinz !

Olaf était un type en Or qui faisait parti de la famille des pilotes très accessibles comme Jacky Vimond entes autres, mais dans "les entres autres" des pilotes souriants et dispos ça se compte sur les doigts d'une main ! avec O', l'on pouvait toujours lui parler, prendre une photo un autographe....

Dans le paddock, et autour du camion ça riait, ça déconnait, c'était "no prise de tête".

Alors, certain vont dire wouai mais dans ce sport il faut un minimum de concentration, chose que OLAF avait, mais dans le fond O' était un grand sensible un grand angoissé et il exorcisé cette pression en déconnant.....

Maintenant j'aimerais le revoir en vidéo, si vous avez cela faite suivre.

HVA61   
57 ans | 138 messages | 195 images
le 14-08-2014, à 06:55

Très bel article sur Olaf smiley_15 
Je pense souvent à lui, avec ses envolées extraordinaires !!!!
Là oû personne ne serait passé , lui il essayait, parfois avec brio et parfois avec de la malchance, quel coureur !!!

HRCMAN a écrit :



J'ai ressorti ces derniers jours mes bons vieux Moto Verte et MotoCrampons et je suis tombé sur plusieurs reportages et Itws d'un grand Monsieur du Motocross des années 80 et 90 Olivier Perrin dit: Olaf, Olive, Golden Crash, Jes, Oliven Perrinberg et bien d'autres ...

Pour les "vieux" car les jeunes s'en tapent !!! voici qqs lignes en hommage au French Magoo.

Comme ce fut le cas pour de nombreux pilotes, les quatre frères PERRIN (dans l’ordre Éric, Olivier, Christophe et Xavier) se sont plongés dans l’univers du motocross grâce à leur paternel. Vétérinaire de métier, il s’offrira une moto par commodité pour se rendre au travail.

Rapidement, il va commencer à toucher à la mécanique et à se découvrir une nouvelle passion. En 1956, il décide de changer de métier pour ouvrir sa propre concession de moto à quelques kilomètres d’Évreux. Spécialisé dans la réparation des motos anglaises, la réputation de PERRIN Motos fera vite le tour de la France, à tel point que l’acteur américain Steve MCQUEEN , de passage en France pour le tournage du film « Le Mans », fera un détour dans la concession normande pour y faire réparer sa TRIUMPH.

Membre fondateur du moto-club de Thomer la Sôgne (qui accueille aujourd’hui une épreuve du championnat de France Élite), il transmettra tout naturellement le virus de la moto à ses quatre garçons.

Éric, le frère aîné d’Olaf, sera le premier à se lancer en compétition en 1972 et se classera second derrière Denis VIMOND, lors du tout premier championnat de France Junior en 1975. Olivier PERRIN et son cadet d’un an Christophe, débuteront ensemble la moto en roulant tout d’abord lors de courses « pirates » de 50cc. C’est d’ailleurs lors de sa première course, qu’il disputait à MAYENNE, qu’il fera son rencontre avec Yannig KERVELLA alors pilote officiel Fantic.
Au guidon d’une Kawasaki, Olivier participera à sa première course officielle de motocross en 1981, chez lui, sur le terrain de Thomer la Sôgne.
Une première course où il brillera plus par ses chutes que par son résultat final. Dès sa première saison complète l’année suivante, il s’attaque directement au championnat de France Junior et décroche la troisième place finale sur sa KTM.

En 1983, et pour sa seconde saison de moto, il s’engage en championnat 250cc Inters (l’équivalent du championnat de France Élite d’aujourd’hui) aux côtés de Jacky VIMOND, Patrick FURA ou encore Yannig KERVELLA. L’année 83 sera aussi l’année de son premier grand prix en France à Château du Loir, où il se qualifiera brillamment.

L’année suivante sera en revanche une année noire où il se blessera au tibia en début de saison et restera hors-course durant six longs mois. Cette même année, son père sera victime d’un grave accident de la route, qui le laissera dans l’incapacité de suivre son fils pour le reste de sa carrière.

En 1985, Olivier laissera la KTM avec laquelle il avait connu de nombreux problèmes, pour passer sur Kawasaki. Il s’alignera sur la quasi-totalité des GP et marquera ses premiers points en Espagne (à l’époque seuls les dix premiers marquaient des points) où il s’était rendu seul au volant de son fourgon...

En effet, en l’absence de son père, Olaf a dû se débrouiller seul sur les courses ou trouver quelqu’un à emmener avec lui pour bricoler sa moto. « Comme il avait un bon paquet de copains, il trouvait toujours quatre cinq mecs pour l’accompagner sur les courses. Bien souvent c’était folklorique car ses copains prenaient plutôt cette aventure pour des vacances et ne savaient même pas changer une roue. » Mao continue « j’ai le souvenir d’un GP en Italie, où le mécanicien de Dolcé, pilote officiel MAICO, se dépêchait de faire la moto de son pilote pour ensuite venir faire celle d’Olaf, car il savait qu’Oliv’ était venu seul sur l’épreuve. C’est une chose inconcevable aujourd’hui ! ».

En 1986 et 87, il reviendra sur KTM et devient pilote officiel de la marque autrichienne. Il se classera troisième des championnats de France de motocross et supercross tout en continuant à « scorer » de bons résultats en GP 250.
L’année 88 sera sa seule année Suzuki durant laquelle il connaîtra de nombreuses casses mécaniques. L’année suivante il passera sur Yamaha et se fracturera le bras lors de la première soirée du Sx de Bercy.

Si Olaf est resté dans la mémoire de ceux qui l’ont côtoyé de près ou de loin, c’est bien entendu de par ses résultats mais aussi et surtout de part l’homme qu’il était.
Un homme qui ne s’est jamais pris au sérieux et qui a su rester simple et ouvert durant toute sa carrière. Olivier n’a jamais pris la compétition moto de la même manière qu’un autre pilote.

Bien entendu, l’aspect sportif restait une priorité pour lui, mais il a toujours su combiner son activité professionnelle de haut niveau et rester proche de ceux qui l’ont fréquenté « Oliv’ était capable, à dix minutes d’un départ, d’aller discuter avec un des nombreux gars à qui il avait donné un stage de pilotage avec lui durant l’hiver, et de lui rappeler l’anecdote du jour où il l’avait écrasé au baby-foot ou celle où il l’avait battu lors d’une course de roue arrière. Il a toujours été comme çà, et à l’époque son entourage proche et moi-même avions beaucoup de mal à comprendre son attitude. Mais je me rends compte aujourd’hui que c’est lui qui avait raison et que c’est grâce à cette attitude que maintenant beaucoup de personnes se souviennent de lui, parlent d’Olaf avec autant de nostalgie. Il avait vraiment une autre façon de voir les choses.»

Homme simple et ouvert, Olaf avait aussi un grand cœur et il a été à l’origine de la venue de nombreux pilotes avec lesquels il s’est lié d’amitié durant ses nombreux voyages aux quatre coins du globe.

C’est en effet grâce à Olaf, qui les accueillait chez lui en Normandie, qui s’occupait de leur trouver une moto et qui les inscrivait aux courses internationales, que les frères KING (Darryl et Shayne), Darryl ATKINS mais aussi le pilote tahitien Karl VERNAUDON ont pu venir rouler en Europe. De nombreux pilotes plus ou moins connus ont ainsi profité de l’hospitalité d’Olivier, comme par exemple le pilote Australien Troy Mc CASEY qu’Olaf tentait de « vendre » avec humour aux organisateurs de motocross inters en France : « Lui, il va pas vite, par contre il a un nom qui pète : Troy Mc CASEY. Tu mets son nom sur un programme ça fait classe ! Allez, ça vaut bien 2500 francs de prime de départ ! ».

Bercy, la révélation du supercross

Bercy marquera à jamais Olivier qui effectuera ses premiers tours de roue en supercross dans l’enceinte parisienne et aura la révélation du supercross.
Invité en 1984, grâce à un coup de pouce de Pat BOULLAND (lui aussi il nous manque dans ce monde du Motocross devenu Bizness plus que passion) alors co-organisateur avec Xavier AUDOUARD, il se présentera au POPB sans n’avoir jamais roulé une seule fois en SX!
Pour marquer le coup, il arrivera avec un casque et une tenue spéciale colorée de rose et noir qui fera rire ceux-là même qui l’année suivante arriveront également avec une tenue rose. Un visionnaire ! Sans aucune expérience de cette discipline exigeante, son
premier supercross se soldera par de nombreuses chutes. Mais Olaf se relèvera à chaque fois et finira la course, ce qui lui vaudra la sympathie du public parisien.

Olaf se faisait aussi remarquer par ses « prouesses » involontaires: il est probablement le seul à être tombé lors du tour de présentation des pilotes ou victime d’une panne d’essence en course comme nous le raconte Mao : « C’était en 1991, il n’avait pas de réel mécanicien et il y’avait douze mecs autour de la moto en train de déconner. Personne n’a remis de l’essence dans la moto et Olivier est reparti comme ça. »

On ne peut pas évoquer le supercross de Bercy sans parler de l’histoire du « Crazy fucker ».

Fin 1987, Olaf qui vient de passer sur Suzuki et fort de deux saisons de championnat de France de supercross dans les jambes, agacera les pilotes américains, qui dominaient outrageusement la discipline, en tenant tête aux meilleurs pilotes US lors d’une demi-finale. Alors second derrière Micky DYMOND et devant Ricky JOHNSON et Jeff WARD, Olaf sera le premier et le seul à tenter un énorme triple en prenant la trajectoire intérieur dans le virage précédent l’obstacle.

Ricky JOHNSON, qui n’avait jamais réussi à passer ce saut jusqu’alors, sera surpris par l’action d’Olivier et manquera de tomber. Pour garder le contact, RJ s’obligera à sauter lui aussi ce triple saut mais en prenant la trace extérieure. La bataille entre les deux hommes durera trois tours jusqu’à l’instant où Olaf plonge à l’inter’ mais partira de travers sur ce fameux triple et entrera en contact avec JOHNSON.
Olivier s’éjecte de la moto en plein saut tandis que Ricky ne peut éviter la chute à la réception. Excédé par ce français qui lui a tenu tête, RJ lancera le désormais légendaire « Crazy fucker » en désignant Olaf.
Un peu lassé du 250cc, il va redescendre en catégorie 125cc en 1990 sur Kawasaki avant de changer radicalement l’année suivante en passant de la 125 à la 500 KX. Il remportera le titre officieux (un classement à part était établi pour les pilotes du 500cc qui roulaient avec les 250cc) de champion de France 500 en 1991 et 1992, et rentrera fréquemment dans le top 10 en GP 500.

En 1993, il rejoint le team Picpus Honda aux côtés de Jean-Claude MOUSSÉ mais va être victime d’une grave blessure lors du supercross de DORTMUND en Allemagne. Touché au pied, au genou, aux poumons et rapatrié en hélicoptère vers la France, Olaf va passer une première fois tout prêt de la mort. Cette chute marquera la fin de sa carrière moto. Il restera cependant dans le team Picpus jusqu’en 1994 où il exercera la fonction de conseillé auprès de Jean-Claude MOUSSÉ et Cyril PORTE qui l’avait remplacé après sa chute de DORTMUND.

En 1995, Olivier se lance de le « Mx business » en s’associant à KERVELLA. Les deux hommes montent une société d’importation des marques MSR et ANSWER.

Trois ans après son terrible accident qui lui a valu sa fin de carrière, Olivier va de nouveau passer prêt de la mort lorsqu’il se fait écraser par un chauffard alors qu’il se rendait à moto sur le circuit de Thomer. Après une ablation de la rate et six mois de convalescence, Olivier peut reprendre normalement son activité professionnelle mais décidera, en accord avec Kerv’ d’arrêter leur activité fin 96.

Olaf disparaîtra tragiquement en juillet 1997 alors qu’il participait à une course de mob-cross en Bretagne. La mort dramatique d’Olivier touchera l’ensemble de la communauté MX et laissera à jamais en grand vide.


Moto(s) : 400hva72
Dilhat   
139 messages | 4 images
le 25-08-2014, à 11:44

Petite anecdote sur Olive. Après une première saison inter (83) plutôt bien réussie (7ème du 250 inter au sein d'un peloton de costauds), on attendait beaucoup de lui en 84. Hélas, Olaf se blesse sérieusement (fracture du plateau tibiak) et loupe la quasi intégralité de la saison. Débarqué de chez KTM, il il trouve un Kawa pour reprendre la course en fin de saison et commence à peine à retrouver le rythme en vue du supercross de Bercy, 2ème édition et déjà rendez-vous incontournable pour tout bon pilote français (et européen).

Nous sommes à 2  semaine de l'événement, et dans la cours de la concession familiale, nous improvisons une table avec quelques planches et plaques en métal (!!!) pour se marrer avec le BMX Yamaha prété par Dan.

Le temps humide de la Normandie rend évidemment l'élan quelque peu incertain et déjà, Fenec (AKA Eric), victime d'une sucette à l'appel, se rappe le museau, à la réception de la fameuse table, contre les murs extérieurs du magasin et préfère mettre un terme à sa session BMX.

J'enchaine les passages plus ou moins maîtrisés pendant qu'Olive enchaine les whips avec panache et précision. Lassé par la figure il décide d'opter pour un passage façon Broc Glover à Bercy (avec la roue avant qui pique pour épouser la réception). Patatra, grosse terrine et épaule dans le sac ! A 15 jours de Bercy, soit l'ultime occasion de montrer quelque chose aux acteurs du MX Français après une saison blanche ! Pour avoir"fait le con" en bicross. Imaginez la mine déconfite du pauvre Olive et l'éruption volcanique du coté paternel...

Le forfait est longtemps envisagé et ce n'est pas la session d'entrainement prévue quelques jours avant la course sur le terrain perso d'Alain Fura (à vérifer) pour les pilotes Kawa qui incite à l'optimisme, même si Olaf a pu rouler.

C'est donc dans la douleur et plein d'incertitudes qu'il s'aligne au départ de Bercy II. Obligé de composer avec son état, qui l'incite à la prudence,  Olive va finalement réaliser une première soirée inattendue en parvenant en demi (aucun français ne fera mieux). Le lendemain il enflamera le public avec une remontée d'enfer en repéchage qui se soldera par une chute quelque virages après avoir jeté son pote Kerv' pour la place qualificative... S'autorisant alors une séance de whip (son entrainement en BMX aura donc servi), il remporte définivement le soutien du public  et réussi au final un Bercy qui paraissait pourtant bien compromis. L'histoire avec le POPB va se poursuivre encore quelques années pour Olaf avec des moments de gloires et de rudes bastons, et souvent le soutien d'un public à nul autre pareil.

Tonylamalte   
49 ans | 449 messages | 118 images
le 25-08-2014, à 19:03

+1 !!!

MXJOLOU59   
52 ans | 6,298 messages | 12,420 images
le 25-10-2014, à 15:34








Toute Ma Jeunesse !!!
Dilhat   
139 messages | 4 images
le 28-10-2014, à 10:45

Cools Pics !

La première date de 88. Une session sur le petit terrain de Saint-André de l'Eure je crois. ITW dans France Moto.

La deuxième c'est un essai MR il me semble, début 87

La troisième, sur la Yam, en 89. Salindres ou Castelneau ou Gimont, je ne sais plus trop.

La quatrième, c'est finale du 250 à Romagné en 85. Belle course et beau style !

Ensuite la Kawa 6 c'est 92, peut-être à Castelnau.

Sur la KTM boueuse, ça doit être en championnat de France SX, en 87, mais j'ai des doutes.

Et la dernière, Bercy 86 bien sur, devant le Hareng (Kawa 17).

Merci pour cette contribution.

MXJOLOU59   
52 ans | 6,298 messages | 12,420 images
le 14-11-2014, à 17:54


Toute Ma Jeunesse !!!
Hervé   
62 ans | 2,518 messages | 1,409 images
le 14-11-2014, à 17:56

 smiley_15   smiley_18 

MXJOLOU59   
52 ans | 6,298 messages | 12,420 images
le 21-11-2014, à 18:57


Toute Ma Jeunesse !!!
320 connectés : 4 membres : jujuquebec |  O.Morhaut |  TUTUF62 |  Wombat |  et 316 invités
320 connectés : 4 membres : jujuquebec |  O.Morhaut |  TUTUF62 |  Wombat |  et 316 invités